Depuis, une autre génération est devenue adulte, et elle a appris, comme ses aînés · es avant elles, que cette mission était la sienne. Ce discours, sur l'entend après les catastrophes naturelles, comme les ouragans Katrina et Sandy, mais aussi lors des catastrophes causées par l'homme, comme les guerres en Afghanistan et en Irak, et la crise économique de 2008. On nous répète, encore et encore, que la meilleure façon de nous sortir de là – et de sauver le monde – c'est en faisant du shopping. On nous rappelle que, dans un passé pas si lointain, on a demandé à nos armées de donner leur vie pour le bien de tous. Aujourd'hui, ce qu'on nous demande de sacrifier, c'est juste notre argent.