Je suis assise, prétendant que ma main est une marionnette et que ma voix sorte de celle-ci, lorsque j'éclate soudain d'un rire rauque et incontrôlable. Du bas de l'escalier, ma mère, inquiète du bruit, me demande si j'ai fumé un joint à 10 heures du matin. Non, je ne me suis pas réveillée en m'entraînant à être ventriloque. Je suis en réalité dans ma chambre, seule, en train de suivre une thérapie par le rire, appelée aussi rigologie ou yoga du rire.